42BOA VINDA A CANADÁ

Les industries du tabac et de la betterave, ainsi que les compagnies de chemin de fer attirèrent des milliers de Portugais dans la région de Sydenham River. Le salaire moyen était de 55$ par semaine, moins environ 10$ pour le gîte et le couvert. Afin d’éviter cela, un des pionniers de Strathroy entreprit de louer une maison, puis de la sous-louer à d’autres travailleurs portugais. Il y avait à un moment plus de 20 personnes vivant dans cette maison!

... ce salon de coiffure...
... ce salon de coiffure...
A la fin des années 1950 et au début des années 60, beaucoup d’hommes disposaient d’un emploi stable et entreprirent de faire venir leurs femmes et leurs enfants. Des clubs et des organisations naquirent, soutenant ainsi leur culture. L’un des soutiens les plus importants provint de l’Eglise catholique. L’église All Saints' Church à Strathroy offrit des messes hebdomadaires en portugais, et aida à l’organisation du New Canadian Club, qui promouvait la culture portugaise dans la région.

< page précédente page 2 de 3 page suivante >